Qu’est-ce qu’un accident ménager ? Comment est-il pris en charge par son assurance ?

Sécurisez votre habitation en prenant vos précautions

Les accidents ménagers ou domestiques sont beaucoup plus fréquents que ce que l’on pourrait imaginer. Chaque année, près de 5 millions de personnes passent aux urgences après un accident domestique. Dans la majorité des cas, il n’y a pas de tiers responsable. Que l’assurance habitation couvre ce type d’accidents n’est pas toujours possible. Il existe cependant certaines conditions vous permettant d’être bien couvert. En maîtrisant le sujet, vous saurez quel contrat d’assurance vous est le plus profitable.

Qu’est-ce qu’un accident ménager ?

Un accident ménager rassemble tous les dangers et dommages de la vie quotidienne qui peuvent vous arriver chez vous ou dans votre jardin et ce, de manière non-intentionnelle. L’association Attitude Prévention parle de 20 000 décès par an. Les enfants de moins de 14 ans enregistrent un fort taux d’accidents domestiques pour lesquels les parents sont souvent pointés du doigt. Il s’agit généralement de coupures, de brûlures ou de chutes.

À titre illustratif, les accidents ménagers résultent du ramassage ou de la manipulation de morceaux de verre. Utiliser des produits chimiques sans protection, marcher sur les sols glissants ou encore changer une ampoule sans avoir coupé l’électricité en sont aussi des exemples fréquents.

Quels sont les principaux accidents domestiques ?

Les accidents domestiques sont malheureusement courants. Les statistiques montrent que chaque année, plus de 5 millions de personnes sont victimes d’un accident domestique. Parmi les accidents domestiques les plus courants, on compte :

  • Les chutes, responsables de 50% des causes de mortalité des accidents domestiques
  • Les suffocations
  • Les noyades
  • Les intoxications
  • Les incendies

 

Les accidents domestiques peuvent avoir de nombreuses causes, mais la plupart sont liés à la négligence. Par exemple, la plupart des accidents domestiques impliquant des chutes sont liés à des sols glissants ou des escaliers mal entretenus. Les accidents domestiques peuvent avoir des conséquences graves, notamment des blessures graves ou des décès. Heureusement, la plupart des accidents domestiques peuvent être évités en prenant quelques précautions simples. Il est important de nettoyer régulièrement les sols et les escaliers, de surveiller les enfants lorsqu’ils jouent et de ne pas laisser les appareils électriques sans surveillance.

Si vous êtes victime d’un accident domestique, vous pouvez être indemnisé par votre assurance. La plupart des assurances ont une clause d’assistance qui prend en charge les frais médicaux et les frais de réparation des dommages causés par un accident domestique. Si vous n’êtes pas couvert par une assurance, vous pouvez être indemnisé par le Fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO). Le FGAO est un organisme public qui garantit les indemnisations des victimes d’accidents domestiques dans certains cas.

Un accident ménager est un accident domestique qui peut survenir à tout moment et mettre votre vie en danger. Heureusement, la plupart des assurances habitation couvrent les accidents ménagers et vous permettent de vous concentrer sur votre rétablissement.

Quelles assurances peuvent couvrir un accident ménager ?

Pour vous protéger contre ces accidents ménagers et leurs conséquences, plusieurs couvertures peuvent vous aider :

  • un contrat d’assurance multirisques habitation (MRH) avec une garantie accident de la vie incluse ;
  • un contrat d’assurance garantie accidents de la vie (GAV) ;
  • une carte bancaire dans certains cas où des conventions couvrent les accidents de la vie ;
  • une assurance santé ainsi qu’une mutuelle pour la prise en charge des frais médicaux, d’hospitalisation…

Quelle assurance souscrire ?

Le régime obligatoire d’assurance-maladie et la mutuelle santé peuvent couvrir une partie des conséquences d’un accident ménagé. Il pourrait s’agir des frais médicaux, des frais d’hospitalisation, du prix des béquilles, etc. Toutefois, si une invalidité devait résulter de votre accident domestique, votre mutuelle ne pourrait rien faire pour vous. Il est donc important de souscrire des assurances spécifiques.

À part le contrat MRH avec option, vous pouvez souscrire une assurance garantie accidents de la vie ou GAV ou encore faire appel à votre convention carte bancaire. Sur Internet, vous avez la possibilité d’utiliser des comparateurs pour sélectionner les meilleurs contrats d’assurance.

Est-ce que l’assurance habitation peut vous prendre en charge ?

Quoique, par définition, les accidents ménagers ont lieu chez vous, l’assurance habitation ne les prend pas toujours en charge. Un contrat multirisque habitation ou MRH ne couvre que le bien immobilier, soit votre maison ou appartement, et vos biens mobiliers, si le contrat le prévoit. Il est possible d’étendre la couverture MRH en souscrivant à certaines options comme la garantie villégiature ou les garanties d’assistance.

En règle générale, les contrats MRH ne couvrent donc pas les dommages corporels subis par les membres du foyer. Notez cependant que certaines compagnies d’assurance vous proposeront une option garantie accidents de la vie. Elle vous permettra d’assurer tous les membres de la famille ou uniquement les enfants scolarisés en cas d’accidents domestiques.

Comment réagir en cas d’accident domestique ?

Lorsqu’un accident domestique survient, il est important de réagir vite et bien. Contactez l’un des numéros suivants est primordial si la situation le demande :

  • Le 18 pour joindre les pompiers ;
  • Le 15 pour joindre le Samu ;
  • Le 112 (numéro d’appel d’urgence européen), pour tout urgence nécessitant une ambulance, la police ou les pompiers.

Les bons réflexes en cas d’accident domestique

Quelles sont les démarches à effectuer en cas d’accident ménager?

Les démarches à effectuer en cas d’accident ménager sont assez simples. Dès constat du dommage, il faut immédiatement prévenir son assureur, ce au plus tard dans les cinq jours à suivre. Il est primordial de ne pas jeter ou nettoyer les objets endommagés, afin de pouvoir apporter un maximum de preuves. Tous les documents pouvant justifier de l’existence ou de la valeur des biens concernés (factures, photos…) sont à rassembler.